La maladieLa recherche

Article Pr BELPOMME et IRIGARAY dans International Journal of Molecular Sciences

Par 14 avril 2020Sans commentaires
L’électrohypersensibilité en tant que trouble pathologique neurologique nouvellement identifié et caractérisé : Comment la diagnostiquer, la traiter et la prévenir ( l’article concerne aussi la chimicosensibilité )
Electrohypersensitivity as a Newly Identified and Characterized Neurologic Pathological Disorder: How to Diagnose, Treat, and Prevent It

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7139347/

Résumé :

Depuis 2009, nous avons constitué une base de données qui comprend actuellement plus de 2000 cas d’électrohypersensibilité (EHS) et/ou de polysensibilité chimique (MCS) autodéclarés. Cette base de données montre que l’EHS est associée à la MCS dans 30 % des cas, et que la MCS précède l’apparition de l’EHS dans 37 % de ces cas associés à l’EHS/MCS. L’EHS et la MCS peuvent être caractérisées cliniquement par un tableau symptomatique similaire, et biologiquement par une inflammation de bas grade et une réponse auto-immune impliquant des auto-anticorps contre la O-myéline. En outre, 80 % des patients atteints de EHS présentent un, deux ou trois biomarqueurs de stress oxydatif détectables dans leur sang périphérique, ce qui signifie que, globalement, ces patients présentent un véritable trouble somatique objectif. De plus, en utilisant la tomosphygmographie cérébrale par ultrasons et l’échographie Doppler transcrânienne, nous avons montré que les cas présentent un défaut dans l’hémodynamique de l’artère cérébrale moyenne, et nous avons localisé une déficience de l’index pulsométrique tissulaire dans la zone capsulo-thalamique des lobes temporaux, suggérant l’implication du système limbique et du thalamus;

Dans l’ensemble, ces données suggèrent fortement que l’EHS est un trouble neurologique pathologique qui peut être diagnostiqué, traité et prévenu. Comme l’EHS devient un nouveau fléau mondial insidieux qui touche des millions de personnes, nous demandons à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’inclure l’EHS en tant que trouble neurologique dans la classification internationale des maladies.
Mots clés : électrohypersensibilité, sensibilité chimique multiple, maladie neurologique, stress oxydatif, mélatonine, O-myéline, inflammation, histamine, radiofréquence, extrêmement basse fréquence, champs électromagnétiques